Découvrir
nos autres sites
Identification, Biologie, Conseils

Ecophyto, reduire et améliorer l\
La charte de confiance collaborative du e-commerce
Votre panier est vide
Votre colis en 48 heures
Paypal, en savoir plus

NOUVEAU

Produit Professionnel pour se proteger de la punaise de lit

 

Produit de protection contre la punaise de lit


Idéal pour proteger un nouveau lit avant ou en cours de traitement.

Commande en ligne

Terre de Diatomées, aérosol FOR BUG 500 ml
Terre de Diatomées, aérosol FOR BUG  500 ml
Aérosol à base de Dioxyde de silicium amorphe ou terre de diatomées
Spécialement conçu pour le traitement des jointures, des fentes et des crevasses, le dioxyde de silice forme une barrière physique aux insectes et non chimique. L'insecte meurt alors par déshydratat...

En savoir plus
Bande engluée pour punaise de lit
Bande engluée pour punaise de lit
Piège collant pour punaises des lits.
Cette Bande à glu double face à un pouvoir collant différent sur les deux faces :
Glu douce pour fixation sur les meubles
Glu forte pour capturer les punaises
Monitoring efficace et discret
Système de d...

En savoir plus
Accueil / Actualités / Actualite 10 Avril 2013, La solution miracle pour éradiquer et détruire les punaises de lit ?


10 Avril 2013, La solution miracle pour éradiquer et détruire les punaises de lit ?

Le haricot magique de Jack, pourrait bien dévoiler ses secrets !!!

Des chercheurs américains ont repris une méthode ancestrale Balkante qui consistait à utiliser des feuilles du haricot Phaseolus vulgaris L., qui ont la propriété de posséder des trichomes (petites pointes microscopiques) sur lesquelles les pates des punaises s'embrochent. 

Les Balkans mettaient donc avant de se coucher ces feuilles d'haricot autour des lits et le lendemain, ils les brulaient, se débarrassant ainsi des punaises prisent au pièges.

Les chercheurs américains ont commencé à mettre au point un système ressemblant à des trichomes. Ce n'est qu'un début prometteur mais qui reste à améliorer.

Les résultat de cette étude ont été publié sur la revue la Royal Society britannique.

Y à plus qu'à attendre ...

Retour